Semaine DD : 3 outils interactifs en accès libre

Pour fêter la semaine du Développement Durable, nous vous rappelons qu’en plus de diag26000 qui implémente déjà à 100% les fonctionnalités de la preuve cliquable, 3 outils issus de groupes de travail Centrale Ethique et animés par les technologies de FORMITEL sont disponibles en accès libre pour vous aider à développer vos démarches DD-RSE :

Faites le point sur vos compétences dans le domaine du Développement Durable avec competencesDD.net

Evaluer la démarche DD de votre entité avec geodd.net (+6.000 diagnostics réalisés !)

Faites le point sur la RSE dans votre entité, même si vous n’avez jamais entendu parler de la norme ISO26000. Quelques minutes suffisent pour évaluer votre score RSE avec diag26000.net

3logos

Enjoy ! Et n’oubliez pas de faire circuler vers vos collègues concernés, vos connaissances passionnées aussi par ces sujets. Les boutons en bas de ce billet vous permettent de le faire en un clic !

Diag26000 oui, mais les autres ?

La réunion organisée par les Arts et Métiers ce lundi 23 Mai sur les différentes solutions d’évaluations RSE a été un franc succès. Bravo à Gérard CAPPELLI qui a très bien géré la table ronde tout en gardant du temps pour de nombreuses questions de la salle !

20160523_184535

La preuve cliquable était représentée par l’Association DIAG26000 qui s’appuie sur ce concept pour proposer sa preuve d’engagement RSE, basée sur l’utilisation participative de l’outil de diagnostic accessible librement en ligne. Double originalité donc pour l’association DIAG26000 par rapport aux autres solutions présentées ce soir là (AFNOR, Label LUCIE et Rexcelys) :
– utilisation complète du concept de preuve cliquable (logo + QRCODE),
– démarche participative pour impliquer tous les collaborateurs.
Un exemple à suivre ?

Pour un compte rendu plus détaillé de ces échanges : http://blog.diag26000.net/?p=511

Les prothèses mammaires et les centrales nucléaires

Quel est donc le point commun entre les prothèses mammaires et les centrales nucléaires ? Vous souvenez-vous ? En décembre 2013, Jean Claude MAS, le fondateur des prothèses mammaires PIP, a été condamné à 4 ans de prison pour avoir implanté dans de nombreuses poitrines féminines des gels qui n’avaient plus rien à voir avec la matière que DNV avait certifiée. L’histoire se répète dans un autre domaine qui pourrait bien concerner non plus quelques dizaines de milliers de patientes mais plutôt des millions de citoyens : le nucléaire.

Capture

Il semblerait que si la cuve du réacteur de Flamanville contient plus de fer que prévu c’est sans doute à cause d’un problème de « knowledge management ». Il est probable que des séniors expérimentés auraient pris les précautions d’éliminer la tête et la queue du lingot (voir article de sciences et avenir). Je ne peux pas m’empêcher de m’interroger, comment une règle aussi importante (enlever la tête et le pied du lingot qui comporte trop d’impuretés) peut-elle passer à travers les normes qualité et des processus forcément « certifiés »? Et pire, comment est-il possible que l’on attende que la cuve soit soudée en place sur le chantier avant de s’apercevoir de tels défauts ?!!

Un article récent du journal Le Monde explique aussi comment un simple intervenant dans une pme peut falsifier un document et transformer en « valable » une pièce qui ne l’était pourtant pas. (voir l’article du monde). Ce n’est pas un élément aussi important que la cuve mais là encore il s’agit d’une pièce destinée à un équipement nucléaire.

Le mécanisme de la preuve cliquable permet de faire face à une grande partie de ces fraudes, volontaires ou non. Il est particulièrement efficace sur des services ou processus pour lesquels chaque occurrence doit donner lieu à contrôle et/ou certification. S’il avait été mis en place sur les processus SBS, le QRCODE associé à chaque pièce par l’organisme certificateur aurait permis de vérifier immédiatement le taux de chrome (et d’autres informations qu’il peut être opportun de partager de façon transparente). La preuve cliquable ne peut pas être falsifiée car ce n’est plus un document transférable (et donc modifiable) qui porte le certificat : c’est un lien unique qui permet de revenir dans la base de données centrale, vérifier l’origine d’une pièce et l’ensemble de son historique et l’identité des personnes ayant participé à l’ensemble des contrôles.

La RSE dans les vignes

La viticulture se met à la RSE (voir le billet sur diag26000.net) A quand une « preuve cliquable » sur chaque bouteille de vin raisonnable ? Un simple qrcode sur la contre étiquette permettrait de revenir consulter les actions du vigneron, vérifier les labels obtenus…

Digital trust index

Jin  et Opinion Way viennent de sortir une étude intéressante sur la confiance des internautes vis à vis des sites d’informations. Résultats un peu inquiétants pour les médias français par rapport à ceux du Royaume Uni.

Capture

La liste des recommandations finales, et surtout la première des 5, a attiré toute mon attention : instaurer des labels s’inspirant par exemple des normes ISO. Oui, 2456 fois oui !! Mais attention, si ces labels ne sont que des logos affichés, sans possibilité simple de vérification, le loup ne sera jamais loin !!

Des labels pour les sites ? OUI !! Mais à condition qu’ils soient eux aussi dignes de confiance et respectent à minima les fonctionnalités retenues pour la preuve cliquable : un simple clic doit permettre de revenir immédiatement vérifier sur le site « central », dispensant le label, que le site qui l’affiche a bien le droit de s’en prévaloir. Faute de quoi la porte sera ouverte à toutes les fraudes et la confiance s’envolera…

Une solution contre les faux diplômes

Madame la Ministre de l’Education nationale, Najat VALLAUD-BELKACEM, vient de lancer, de Londres, un dispositif qui devrait être opérationnel en 2016-2017 pour permettre de vérifier simplement l’obtention d’un diplôme d’Etat. voir un article sur le site de l’étudiant

PHO401ba038-c024-11e5-9e54-15547f955a86-805x453

Ce nouveau dispositif va-t-il s’inspirer des fonctionnalités de la preuve cliquable ? Sachez, Madame la Ministre, que les fonctionnalités proposées par l’application de la preuve cliquable recouvrent déjà ce genre de possibilités. Par exemple, dans le cas de l’association Diag26000, chaque professeur peut attribuer à chacun de ses étudiants une attestation d’utilisation. Certes il ne s’agit pas d’un diplôme d’Etat, mais la vérification est très simple : chaque étudiant dispose d’un QRCODE qu’il peut utiliser à sa guise sur son CV, sa page personnelle en ligne, les réseaux sociaux… Et il suffit de scanner ce QRCODE avec une application dédiée (il en existe plein pour IOS, Androïd, Windos Phone…) pour voir apparaître la page certifiant que l’attestation a bien été attribuée à cette personne.

Si vous voulez tester, rien de plus simple, voici un exemple de QRCODE :

demodiplomeqr

 

Diag26000 innove

L’association Diag26000 est chargée de promouvoir l’outil de diagnostic RSE Diag26000 accessible en ligne. Vous pouvez l’utiliser librement à titre individuel pour évaluer le score RSE de votre structure mais le mode participatif permet à une entité d’afficher une preuve d’engagement RSE.

L’association a choisi de mettre en oeuvre le principe de « preuve cliquable » afin de limiter les fraudes possibles et de permettre à chaque visiteur des sites internet de vérifier en un clic l’origine du diagnostic et l’adhérent qui a accompagné l’entité.

schema_preuveengagement

Cerise sur le gâteau, une option spécifique permet à chaque entité de décider des détails qu’elle souhaite partager avec ses visiteurs. Non seulement la preuve est cliquable mais elle permet même d’accéder à un résumé du rapport RSE en ligne !

schema_preuveengagementdetail

Pour mettre en oeuvre le principe de preuve cliquable pour votre label ou certification, prenez contact avec l’équipe de FORMITEL.

Une preuve cliquable : pourquoi ?

Avez vous remarqué que sur le web vous trouvez pas mal de sites affichant des logos assurant qu’un label ou certification a été obtenu par l’entreprise ? Mais ces logos sont la plupart du temps de simples images. D’où viennent-ils ? Comment vérifier que l’entreprise est bien porteuse de ce label ? Cela devient souvent un vrai parcours du combattant. Prenons l’exemple de la norme ISO9001. On la voit sous forme d’autocollants sur pratiquement tous les poids lourds doublés sur l’autoroute. Mais c’est une vraie course d’obstacle pour vérifier qu’une société en particulier est bien certifiée. Rapide recherche sur le web, il faut d’abord savoir par qui la certification a été délivrée (et ce n’est pas précisé sur le logo….). La preuve en image, chaque grand prestataire propose de vérifier seulement les entreprises qu’il a certifié :

Capture15121701 Capture15121702 Capture15121703Cela ne s’arrange pas sur le site de l’ISO. On obtient juste la liste des…. organismes certificateurs. Cela veut il dire que la liste des entreprises certifiées n’est pas centralisée ? ou qu’elle est tenue top secrète ??

Capture15121704

Grâce à l’application de preuve cliquable, développée par FORMITEL, vous pouvez maintenant prendre les devants. Ainsi ce n’est pas une image qui est fournie a chaque organisation souhaitant afficher une preuve, mais un code html intégré sur le site, permettant d’afficher une image cliquable. Un simple clic sur l’image permet de vérifier l’origine de la preuve et meêm de découvrir le partenaire qui a accompagné l’entreprise pour l’obtenir. Cerise sur le gâteau ? Ce clic permet de vérifier l’origine de la preuve mais aussi d’afficher les détails des réponses obtenues, détails choisis par chaque entité qui peut décider d’être totalement transparente ou pas.

Un exemple concret ? Allez voir sur le site de aere.fr qui affiche la première preuve d’engagement RSE basée sur DIAG26000. N’oubliez pas de cliquer sur le logo pour accéder aux détails.